MNNQNS (Noise Pop/Post Punk - Rouen)

Ne parlons pas, ici, d’une énième formation française appliquant le grimoire du rock, mais de jeunes hommes élégants en prise directe avec la nécessité de vivre le rock jusqu’à l’usure, jusqu’à la perte de soi. L’humour de MNNQNS évite la lourdeur cathartique de la même façon qu’il envoie bouler le professionnalisme bien peigné. C’est sale, méchant, mais toujours à la cool, furieusement rythmique, dur dehors et souple dedans. 

LESNEU (Pop/Dream Pop - Brest)

Lesneu est le projet de Victor Gobbé, membre des Slow Sliders. Lesneu pour Lesneven, dans le Finistère, ville de son enfance où ce Nantois en cavale trouve refuge pour composer encore régulièrement aujourd’hui pour enregistrer avec un minimum de matériel des petites chansons, comme si de rien n’était, dans sa chambre d’ado. Guitares mélancoliques à souhait, basse roulante, claviers vaporeux (Beach House) et surtout une voix puissante (The Walkmen, Avey Tare, Tame Impala, Brian Wilson).

WILD FOX (Garage Rock - Angers)

Wild Fox est un quatuor de rock à influence garage et psychédélique, formé fin 2016 à Saumur par une bande de potes. Ces quatre jeunes dégagent une musique atmosphérique ponctuée par une énergie sauvage qui nous rappelle le bon vieux garage Californien. 

CATHIER BAGORIS, LILA RETIF, BETH GORDON (Artistes plasticiennes)

Nous accueillerons Cathie Bagoris, Lila Retif et Beth Gordon, étudiantes aux Beaux-Arts d’Angers où elles se rencontrent en 2014. Suite à la création de la publication participative « L’édition libre », elles forment leur collectif « moi les autres arts ? » en 2017. Elles s’intéressent notamment à l’articulation des liens sociaux, au féminisme, à l’éthique du « care » et au rapport art/économie. Leur travail est principalement performatif et requiert souvent la participation du public.

Ce samedi 3 mars, elles proposeront « La Marche ». Il s’agira de lectures collectives, à voix haute, de la retranscription d’un poème lettriste de François Dufrêne. Ce poème est tiré du film manifeste du mouvement Lettriste « Traité de bave et d’éternité » (Isidore Isou, 1951). Dans le film, ce poème est interprété avec fougue et virilité. A l’opposé, la proposition du collectif donne de la valeur à l’incertain, à l’inexpérience et à l’interprétation personnelle.

+ DJ SET